•  

    Dernier foyer

     

     

     

     

    Dernier foyer

     

     

     

    Dès l'aube les réveiller, elles voulaient oublier

     

    C'est l'heure de les laver, faire le lit, les habiller

     

    Pourquoi les obliger à vivre si tôt le matin

     

    Leur si longue journée, une attente sans fin.

     

     

     

    Leur regard est au loin, leur parole un refrain

     

    Toujours les mêmes mots et beaucoup de chagrin

     

    Toute une vie de labeur pour une telle fin

     

    L'abandon de leur proche et des regrets lointains.

     

     

     

    On ne se raconte plus, on a plus rien à dire

     

    Qui peut s'intéresser à tous leurs souvenirs

     

    Ce sont des inconnues parmi des étrangers

     

    Un peu d'animosité pour pouvoir exister.

     

     

     

    Elles ont la mort dans l'âme quand vous les abordez

     

    Leur sourire est figé, leurs lèvres ne s'ouvrent guère

     

    Le temps ne peut comprendre, il est déboussolé

     

    La solitude est leur seule compagne de misère.

     

     

     

    Lili - Février 2017 

     

    Dernier foyer

     photo trouvée sur le net

     

    La plupart des personnes qui entrent dans ces maisons de retraite y sont forcées, elles ne peuvent plus rester seules, ont besoin d'être aidées.

     

    Pour finir, un sourire

     

    Dernier foyer


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires