•  

     

     

     

     

    A Toi, Poète 

      

    Chante, chante la joie ou la désespérance, 

    Poète, doux passant des sentiers d'ici-bas. 

    Tu nous diras l'émoi de tes souffrances 

    Mais ton chant le plus beau tu ne le diras pas ! 


      

    Celui que tu ferais avec toute ton âme 

    Est trop triste, trop pur pour ce monde moqueur. 

    Et nous ne saurons pas le dernier mot du drame 

    Qui pour jamais habite au profond de ton coeur. 


      

    Il n'est point de parole humaine pour le dire. 

    On en vit, on en meurt silencieusement 

    Ton poème sacré, Dieu seul pourra le lire 

    Quand tu rendras à Dieu ton âme et ton tourment.

     

    Lili

      

     

    GROS BISOUS A TOUTES ET TOUS

    et UNE BONNE ANNEE 2013 en parfaite santé et remplie de petits bonheurs et de quelques grands qui font belle la vie ...

      


    17 commentaires
  •  

    Un Conte de Noël

    Un petit conte écrit il y a quelques années :

     

    L'arbre à la Pomme et le Violoniste

     

    Dans la rue des Trompettes, vivaient Monsieur Pommier et sa locataire, Mademoiselle Pomme. Ils étaient heureux tous les deux, Monsieur Pommier était un vieux monsieur qui avait soutenu et aimait de nombreuses demoiselles, Mademoiselle Pomme quant à elle était rayonnante, joufflue et épanouie au milieu de chez Monsieur Pommier.

     

    Elle était restée la seule locataire, Mesdames et Mesdemoiselles les feuilles s'étaient envolées vers d'autres horizons, quelques unes se sont blotties dans la haie du jardin d'en face, d'autres sont allées plus loin s'allonger sur une pelouse pour se désagréger en paix !

     

    Mesdames et Mesdemoiselles Pommes ont été ramassées lors d'une rafle et ont terminé au four, en chaussons ou en tartes ,,,, quelles tartes !!!

     

    En ce début décembre, presque tous les jours, un violoniste venait jouer quelques morceaux de musique rue des Trompettes, la rue était transformée, la gaîté y régnait, les habitants ouvraient les fenêtres malgré le froid, les passants s'arrêtaient pour apprécier l'instrumentiste.

     

    Monsieur Pommier et Mademoiselle Pomme étaient ravis car le violoniste leur jouer rien que pour eux la 5ème Symphonie de Beethoven "Pomme, pomme, pomme".

     

    Le jour du 24 Décembre, le violoniste, en cette veille de Noël, joua plus fort, Mademoiselle Pomme en frissonna tellement qu'elle tomba !

     

    Le violoniste la ramassa, la mis dans sa poche et l'emporta chez lui. Mademoiselle Pomme était très belle au milieu des demoiselles oranges, mandarines et clémentines.

     

    Elle termina sa vie dans la chaleur d'une nuit de Noël.

      

    Si vous voulez lire une jolie histoire de Noël,  rendez-vous sur mon autre blog :   http://lili-touche-tout.over-blog.fr 

      

    Bisous à toutes et tous et joli mois de Décembre


    33 commentaires
  • Sa poupée de chiffon

     

     

    Sa poupée de chiffon

     

    Bonjour les ami(e)s

    Aujourd'hui, je vais vous raconter un souvenir personnel

    Petite, entre deux et sept ans, j'étais en nourrice, jour et nuit, chez une dame que j'appelais Mémère Néno (c'était son nom).

    Je me souviens encore d'une histoire qu'elle m'a raconté maintes et maintes fois et qui m'a profondèment marquée.

    Quand elle était fillette dans les années 1900 et qu'elle allait à la ville avec sa mère, elle passait devant la vitrine d'un bazar (la Coopérative, je crois) où il y avait des jouets et en particulier des poupées. Une lui plaisait beaucoup et elle aurait bien voulu que Saint Nicolas ou le Père Noël, je ne sais plus lequel, lui fasse ce cadeau, mais, malheureusement ses parents avaient peu de moyens et ne pouvaient pas lui offrir.

    Sa mère lui avait fabriqué une poupée de chiffon qu'elle aimait beaucoup. A chaque évènement, anniversaire, fêtes, etc..., sa maman lui confectionnait en tricot ou en tissu des vêtements pour la garde-robe de sa poupée. Elle me disait qu'elle avait passé des heures et des heures à jouer avec sa Mireille, c'est le prénom qu'elle lui avait donné et qu'elle a également donné à sa fille. 

    Un jour, je devais avoir cinq ou six ans, Mémère Néno m'a fait une surprise, elle m'a emmené dans sa chambre (pièce secrète et interdite) pour me la montrer. Elle était dans son armoire, bien enveloppée dans un papier de soie dans une boîte à chaussures. Elle était usée et salie mais je l'ai trouvée belle dans sa robe en satin jaune d'or et ses cheveux de laine ... Elle m'a permis de lui faire un bisou et elle a refermé la boite, je ne l'ai jamais revue ...

    Des années plus tard, la première fois que j'ai lu le livre de Victor Hugo, les Misérables, l'histoire de la poupée de Cosette m'a fait penser à celle de ma nourrice

     

    Sa poupée de chiffon

    Cette histoire m'a inspiré ce poème : 

    Sa Poupée de chiffon

     

    Quand elle était petite elle passait souvent

    Devant un magasin d'adorables poupées

    Aux robes de dentelle, à l'air presque vivant

    Dans leur vitrine artistement posées.

     

    Sa douce maman alors s'arrêtait en chemin

    Pour lui dire gentillement : "regarde comme elles sont belles

    Avec leurs cheveux soyeux, leurs lèvres rouge carmin

    Et dans leurs doigts mignons leur élégante ombrelle !"

     

    Tous les autres enfants restaient les yeux éblouis

    En extase et, rêveurs, disaient à la petite :

    "Comme elles sont belles !" et elle répondait "oui ,,,"

    Mais entraînait sa mère à passer plus vite.

     

    Sa maman lui demande : "Pourquoi presser le pas !"

    N'y a-t-il pas de poupée qui te convienne ?"

    La fillette rougit soudain, puis elle lui dit tout bas :

    "Je ne veux pas les voir, j'aime beaucoup trop la mienne".

     

    "Elle est bien belle aussi, la mienne, mais j'ai peur,

    Maman ! J'ai très peur qu'une autre soit plus belle,

    Et qu'après j'aime moins la mienne ! ,,, alors mon coeur

    Se serre ,,, moi, tu vois, je ne veux aimer qu'elle !"

     

    Et je t'ai plainte car ton naïf et jeune tourment

    C'est déjà de l'amour, ô douloureux problème

    D'autres amours viendront et ton coeur trop aimant,

    Ton pauvre petit coeur sera toujours le même !

     

    Il ne saura qu'un nom, il n'aura qu'un espoir

    Et dans le tourbillon de ce monde éphémère

    Tu t'en iras rêvant, sans entendre et sans voir

    Obstinément fidèle à ta première chimère.

     

    Lili

     

     

    Sa poupée de chiffon

     

    BON WEEK-END

     


    30 commentaires
  •  

     

     

    Dernière Rose

     

     

    Dernière rose

     

    Parfois, sous le grand ciel plein de mélancolie

    Quand l'averse s'apprête et pleure dans le vent,

    Une rose s'entr'ouvre, innocente et jolie

    Qui luit sur son rosier comme un rubis vivant.

     

    Elle ne comprend pas qu'elle est la mal venue

    De naître, elle si frâiche, en ce triste matin ;

    Elle sourit, s"éveille et regarde les nues

    Tandis que le brouillard monte dans le lointain.

     

    La-haut, pourtant, il est des rayons, des mirages,

    Des splendeurs de soleil, des infinis dorés,

    Là-haut, elle devine, au dessus des nuages

    Les sourires d'azur qu'elle avait espérés !

     

    Les heures passent comme des ombres lentes

    Laissant tomber la pluie et les brumes courir

    Une angoisse a passé dans les âmes des plantes

    Car il est de ces jours où rien ne doit fleurir.

     

    Et, sans avoir vécu, la jeune rose est morte

    Qui s'ouvrait si joyeuse et n'eut point de soleil

    Comme elle bien des coeurs se sont fanés, qu'importe !

    Après un matin gris vient un matin vermeil.

     

    A demain, les chansons et l'horizon qui flamboie

    Demain sera meilleur, demain, sous l'aube en feu

    D'autres âmes viendront qui connaîtront la joie

    D'autres roses naîtront qui verront le ciel bleu !

     

    Lili - Novembre 2012

     

    Dernière Rose

     


    19 commentaires
  •  

    Parole, pensée et rêve

     

     

    Parole, pensée et rêve

     

    La parole est chose qui vole

    Ainsi qu'oiseau ou papillon

    Tantôt sombre, tantôt frivole

    Elle est la guêpe et l'aiguillon

    Elle est le mauvais grain qui tombe

    Elle est le merle au cri moqueur

     

    Mais ta parole est la colombe

    Qui porte la paix à mon coeur.

     

    La pensée est un oiseau frêle

    Qu'enlève la brise qui fuit

    Où la mènera son coup d'aile ?

    L'une est un triste oiseau de nuit

    L'autre, pareille à la mouette

    Choisit la tourmente et l'éclair.

     

    Mais ta pensée est l'alouette

    Qui s'élance vers le ciel clair.

     

    Il est des êtres aux yeux mornes

    Que le malheur suit en chemin

    Il est des désespoirs sans bornes

    Et des espoirs sans lendemain

    Il est, sous des fronts qu'on envie,

    Des drames que nul n'a redits.

     

    Mais ton rêve est sur ma vie

    Comme un rayon du Paradis.


     

    Lili – Novembre 2012

      

    Certain(e)s sont étonnés par le nom de mon nouveau blog,

    C'est le surnom que me donnait mon grand-père paternel quand j'étais enfant,  tout simplement parce que je suis gauchère

    Bon week-end à toutes et tous

    Parole, pensée et rêve  

    Bisous bisous

      

      


    34 commentaires
  •  

     

    L'automne au Moulin de Landèves

     

    Après l'orage

     

     

    Après l'orage

     

    Quelques dernières roses 

     photos du 21 Octobre 2012

    Jour anniversaire de mon fils PAUL - 40 ans

    Après l'orage

    Après l'orage

    L'automne au Moulin de Landèves

    Après l'orage

     

     

    Après l'orage

    Le vieil orme

     

     

     

     

     

     

    Un de mes derniers poèmes :

      

    Après l'orage

     

    Quand le jeune soleil revient après l'orage

    Toutes les fleurs des prés s'éveillent à la fois,

    Tout les petits oiseaux chantent dans les feuillages

    Tous les lutins joyeux dansent au fond des bois.

     

    Car la nature est simple et n'a point de mémoire

    Pour longuement souffrir des maux évanouis

    L'étang ne pense plus quand la nuit le fait noir

    A l'éclair qui tremblait sur ses flots éblouis.

     

    Vois, la terre sourit dès qu'un rayon flamboie

    Et toi seule, inquiète et folle humanité

    Ici-bas où tout fuit, tu voudrais que la joie

    Fût faite pour le temps et pour l'éternité !

     

    L'orage est loin, la terre est pleine d'allégresse

    Un souffle heureux parcourt la plaine et la forêt

    Mais je sais chants plus doux et plus profonde ivresse

    Car le ciel s'est rouvert sur le coeur qui pleurait

     

    Lili – Juillet 2012

      

      

      

    Plein de gros bisous

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      


    48 commentaires
  • Bonjour

    Pour vous souhaiter la Bienvenue sur mon nouveau blog je vous offre ces roses

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique