•  

    Longs regards

     

     

    Longs regards

     

    Devant le monde qui court et crie à pleine voix

    Devant les tourbillons, les voitures, la foule,

    J'aime à voir l'air rêveur et détaché à la fois

    Qu'ont les chiens pensifs couchés en boule.

      

     

    Dans la banalité des bruyants carrefours

    Ils gardent, recueillis, le calme de leur pose

    Et nous regardent vivre en nous hâtant toujours,

    Avec de longs regards qui disent bien des choses.

      

     

    Vous vivez votre vie avec sérénité

    Sans flatter l'étranger et sans trahir le maître

    Vous êtes dévouement, douceur et loyauté

    Amis, compagnons qui nous jugez peut-être !

     

     

    Que pensez-vous des hommes, vous les chiens

    Que pensez-vous de ceux qui désertent leurs tâches

    Vous les amis des mauvais jours, vous les gardiens

    Que pensez-vous des fous ? Que pensez-vous des lâches ?

     

     

    Vous êtes là, songeurs sur le bord du chemin

    Et j'ai senti parfois, en caressant votre tête

    Combien serait plus grand le pauvre coeur humain

    S'il était simple et doux comme est le coeur des bêtes.

     

    Lili

     

     

    Longs regards

     

     


    24 commentaires
  •  

    Cette Dame ...

    En ce 8 Mars 2013 je souhaite une

    Bonne Fête à toutes les Femmes

     

     

    Cette Dame

     

     

    Elle est celle qui songe et qui dit : beauté !

    Elle est celle qui rêve à l'énigme éternelle

    Comme aux brises du ciel frémit la rose nouvelle

    Au vent de l'infini son âme a palpité.

     

    Elle a vu de si près l'austère vérité

    Que le mystère habite au fond de sa prunelle

    Et, d'avoir tant cherché la divine étincelle

    Un reflet d'au-delà sur son front est resté.

     

    La fleur que son rêve a choisie est la rose

    Dont l'âme, en une aurore pâle, vit enclose

    Au parfum qui flamboie et s'éteint peu à peu.

     

    En ses pourpres lueurs, ardentes ou fanées

    Elle croit voir passer et s'enfuir sans retour

    Le vol silencieux des brèves destinées.

     

    Lili – 8 mars 2013

      

      

      


    41 commentaires
  •  

     

     

    En hommage à Stéphane HESSEL

    Un Grand Homme

    Résistant, déporté, diplomate, écrivain et infatigable défenseur des Droits de l'Homme

    décédé cette nuit à l'âge de 95 ans

     

    Je lui dédie ce poème (écrit pour un ami parti en retraite en Lozère)

    sur les Cévennes, Pays qu'il aimait ...

     

    LOZERE

     

    Que j'aime ce pays de collines et de monts

    Quand l'ombre de l'Aigoual se perd à l'horizon

    Dans une lumière d'or qui pique les yeux

    Abolisant le temps par la magie des lieux.

     

    Tout semble attendre là, envoûté et serein

    L'air est plein de senteurs, le silence m'étreint

    Seul, se fait entendre, les chants des grillons

    Et vibrent en moi comme de doux frissons.

     

    Que j'aime ce pays sauvage de lauzes et de pierres

    Avec ses mystères et légendes déroulés naguère

    Le gazouillis joyeux des cascades et des ruisseaux

    Et ses drailles qu'empruntent bergers et troupeaux.

     

    Ces savoureuses richesses de ce pays de chèvres et de moutons

    Que sont, châtaignes, petit gris, mûres et Pélardon

    Enchantent subtilement et agréablement tous les sens

    Et procurent simplement un bonheur immense.

     

    Que j'aime ce pays quand, glisse sur le Causse, en apothéose

    Le soleil et recouvre de lueurs rouge-orangées toutes choses

    Quand ses bois s'empourprent au début de l'automne

    Idéale harmonie de langueur que mon coeur en frissonne.

     

    Lili - 22 Septembre 2010

      

      

      


    26 commentaires
  • Rêve ...

     

    Rêve ,,,

     

    Sur les roses où mes yeux bleus se posent

    Au milieu d'un jardin à la douceur de soie

    Où le vent chasse encore le parfum des roses

    Aux pétales mêlés d'un "je ne sais quoi !".

     

    Un désir d'amour aux multiples couleurs

    Vole vers un sentier que je suis pas à pas

    Au soleil torride, il dessèche mon coeur

    Et la fin du chemin arrive déjà ,,,

     

    Fébrilement, j'attends le jour et l'heure

    Où l'orage qui gronde s'enfuira avec la pluie

    Se frayant un chemin dans l'écho de mes pleurs

    Et déchirera l'horizon de mon rêve interdit.

     

    Lili


    21 commentaires
  • Les flammes de l'espérance

     

     

    Les flammes de l'espérance

     

     

    Pour que jamais ne viennent les regrets

    Du feu ardent, je cherche le secret

    Le feu qui réchauffe à jamais le coeur

    Le feu où chantonne le refrain du bonheur.

     

    Dans une cheminée en bois de rose

    Le bois mort des amours d'antan je pose

    Quelques inachevés vieux poèmes

    Au passé décomposé de "Je t'aime".

     

    J'enleverai ce soir au gris du ciel

    Pour brûler tout cela, des étincelles

    Et l'amour redeviendra audacieux

    Quand danseront ses flammes dans nos yeux

     

     

    *** lili ***    

    Poème écrit en Février 1969


    23 commentaires
  • L'oiseau du rêve

     Aquarelle peinte pour ce poème

      

    L'oiseau du rêve

     

    O romance exquise et trop brève, 

    Chanson d'un jour sans lendemains, 

    Que chante à tous les coeurs humains 

    L'oiseau d'azur, l'oiseau du rêve ! 

     

    Tous les coeurs en ont palpité 

    Au moins une fois dans la vie, 

    Et toute âme a frémi, ravie, 

    Quand l'oiseau du rêve à chanté ! 

     

    Ce fut le mirage d'une heure 

    Si doux, si vite évanoui ! 

    Il laisse le coeur ébloui 

    S'envole ,,,, et le poème demeure. 

     

    L'oiseau du rêve s'est sauvé 

    Bien haut, bien loin dans le mystère ,,, 

    Le coeur est morne et solitaire 

    Qu'importe ! Un jour il a rêvé ! 

     

    Sait-il encore, aux heures sombres, 

    Quel divin hôte il écouta ? 

    La cage où l'oiseau chanta 

    N'est plus que ruine et décombres. 

     

    Mon Dieu ! Toi qui souris jadis 

    A sa fraîche mélancolie 

    Fais que son heure de folie 

    Lui soit comptée au Paradis ! 

     

    Car en ton lumineux domaine 

    Notre orgueil doit peser bien peu 

    Et la chanson de l'oiseau bleu 

    Vaut toute la sagesse humaine.

     

    Lili

      


    31 commentaires
  • Poèmes : La mort des oiseaux   -   Miroir

     

     

    Poèmes : La mort des oiseaux   -   Miroir

     

     

     

     

     

    La mort des oiseaux


    • Le soir, au coin du feu, j'ai pensé bien des fois
      A la mort d'un oiseau, quelque part, dans les bois.
      Pendant les tristes jours de l'hiver... monotone,
      Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne,

      Se balancent au vent sur le ciel gris de fer.
      Oh ! comme les oiseaux doivent mourir l'hiver !
      Pourtant lorsque viendra le temps des violettes,
      Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes

      Dans le gazon d'avril où nous irons courir.
      Est-ce que les oiseaux se cachent, pour mourir ?

      François Coppée 1842 – 1908 (Promenades et Intérieurs)

     

      

    zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

      

    Miroir

     

    Ton âme est en détresse et ta route est nue,

    Et tu t'en vas avec des larmes dans la voix ,,,

    Songe aux amours d'antan, qui passaient sous la nue

    Et que le temps faucha comme les fleurs des bois.

     

    Femme, tu souriais, ton âme en fête

    Soudain tout ton bonheur disparut sous tes pas ,,,

    Songe à ceux qui viendront sous la même tempête

    Dans les siècles futurs que nous ne verrons pas !

     

    Songe aux yeux qui brillaient dans leur joie éphémère

    Désespoir, haine, amour, le temps a tout vaincu

    Nous passerons de même avec notre chimère ,,,

    Un sourire, une larme, et nous aurons vécu !

     

    lili - Janvier 2013

      

      


    45 commentaires