•  

     

    La Reine des Neiges

     

     

     

     

    La Reine des Neiges

     

     

     

    En ce mois de décembre, l'hiver arrivait doucement

     

    Sur son édredon tout blanc brodé de mille et un diamants

     

    A ma fenêtre, au lever du jour, je savourais cette sérénité

     

    Quand m'apparut couverte d'un manteau de givre, une divinité

     

    Des perles luisaient quand s'entrouvaient ses lèvres vermeilles

     

    Et ses yeux scintillaient comme du cristal, une merveille !

     

    Le vent agitait en tout sens ses cheveux couverts de glaçons

     

    Qui venaient  orner de jolis dessins les carreaux de la maison.

     

    De son souffle glacial, elle s'amusait à éparpiller les flocons de neige

     

    Se riant du sortilège qui les faisait tournoyer en céleste manège.

     

    Je suis restée un long moment à admirer ce spectacle féerique

     

    La neige apporte un peu de magie pour égayer les jours gris

     

    Elle  fait renaître des souvenirs d'enfance et, seule, j'ai souri

     

    Sur la vitre glacée j'ai soufflé et me suis empressée d'y créer un dessin

     

    C'était un cœur dans lequel j'ai écrit ces simples mots bien à dessein

     

    « Je vous aime Reine des Neiges, continuez d'embellir nos paysages »

     

     

     

    Dans un tourbillon de flocons, elle disparut …

     

     

     

    Lili

     

     

    La Reine des Neiges

     

    La Reine des Neiges


    13 commentaires
  •  

    A la lueur d'un rêve

    A la lueur d'un rêve

     

    Dans le soir qui étouffe le jour, je tourne mon regard
    Vers les méandres de la voie lactée, espace de sérénité
    Où les astres se racontent sûrement bien des histoires
    Pendant que la lune sur son croissant est recroquevillée

    Tandis que l’ombre recouvre doucement les forêts
    Et que les voix de la nuit montent du sol en volutes
    Le temps marche encore comme un fantôme oublié
    Sur une pendule embrumée d’un silence qui lutte.

    Enseveli sous les ténèbres, le jour d’avant est parti
    Sous la caresse du vent qui l’accompagne gentiment
    Sans lutter vraiment avant de sombrer vers l’oubli
    Il m’échappe comme un fleuve se jetant dans l’océan

    A la faible lueur d’un rêve, j’échoue sur le velours
    De ta bouche, fleur au doux parfum où un baiser
    Vit en permanence, feu passionnel allumant le jour
    Dans le silex du désert où ma nuit s’était couchée.
    Lili

    A la lueur d'un rêve

     


    36 commentaires
  •  

    Mon

    Au plus profond de moi

    Mon rosier préféré Pierre de Ronsard - Juillet 2017

      Au plus profond de moi

     

     

     

    Dans mon jardin secret il y a des fleurs immortelles

     

    Des roses, des lilas et des pensées éternelles

     

    Il y a des arbres blessés par des serments d'hier

     

    Des rayons de soleil qui me réchauffaient l'hiver.

     

     

     

    Au plus profond de moi je les emporterai

     

    Ces parfums d'autrefois que je garde en secret

     

    Les images danseront et resteront à jamais

     

    Au plus profond de moi, un élixir de paix.

     

     

     

    Encrés dans mon cahier, je les relis souvent

     

    Ces naïfs poèmes de jeunesse dévoilant

     

    Le rose rougissant de mes lèvres mouillées

     

    Sous la fougue de mes premiers baisers.

     

     

     

    Au plus profond de moi, je les emporterai

     

    Ces parfums d'autrefois que je garde en secret

     

    Avant qu'ils s'évaporent

     

    Je veux qu'ils brûlent encore et encore

     

    Chaque jour, chaque nuit,

     

    Comme l'essence de ma vie.

     

    Lili

     

    Au plus profond de moi

    Pois de senteur

     

     

     

     

     

     

     


    23 commentaires
  •  

     

    Au soleil couchant

     

    Au soleil couchant

     

     

     

    Le soleil couchant dorait l'horizon en apothéose

     

    La brise caressait les feuilles en tremblant

     

    Dans le paisible jardin où frissonnaient les roses

     

    Une jeune fille pensait à son lointain amant.

     

     

     

    Les milles bruits du jour commençaient à se taire

     

    La grande paix venait du fond du ciel vermeil

     

    La rêveuse, inclinant son beau front solitaire,

     

    Ferma languissamment ses yeux pleins de sommeil.

     

     

     

    Et tandis que mouraient les chants parmi les nues

     

    Tandis que s'embrasait tout l'immense horizon,

     

    Pensive, l'oeil rayonnant de clartés inconnues,

     

    A petits pas feutrés, elle entra dans sa maison.

     

     

     

    Vite, bien vite, elle s'endormit la jolie Eve

     

    Oubliant les jours et les nuits sans joie et sans envie

     

    Dans son sommeil, elle laissa s'ouvrir les ailes des rêves

     

    Car ses plus beaux rêves seront le meilleur de sa vie.

     

    Lili

     

    Au soleil couchant

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Le jardin du rêve

     

     

     

    Il existe, là-bas, au pays du rêve

     

    Un jardin vaste et sans hiver

     

    Où l'on danse en rond dès que le jour se lève

     

    Sur des près qui sont toujours verts !

     

     

     

    C'est un vieux jardin entouré de murs

     

    Plein de couleurs et de parfums

     

    Rempli de fleurs et de fruits murs

     

    Sous le bon regard du ciel azurin.

     

     

     

    Là sont les héros des vieilles romances

     

    Les princes charmants, les pages d'amour

     

    Les mousses perdus dans les mers immenses

     

    Et dont nul amie n'attend le retour.

     

     

     

    Là s'en vont rêver les belles princesses

     

    Dont le cœur volage est un lac d'oubli,

     

    Et les amoureux content leurs tristesses

     

    A la rose en fleur du rosier joli.

     

     

     

    L'écho de leur voix flotte dans la brise

     

    Et parfois nous rend, songe d'un instant

     

    Les temps oubliés, les charmes qu'on brise,

     

    Les parfums perdus des roses d'antan !

     

     

     

    Lili

    poème écrit en 1967

     

     

    LE JARDIN DU REVE


    16 commentaires
  • NOSTALGIE

     

     

     

     

    Nostalgie 

     

     

     

    Chaque matin printemps qui jaillit de la nuit 

     

    Est comme un renouveau des choses et des êtres 

     

    La rose parle à l'oiseau, l'azur sourit et luit, 

     

    On sent le ciel frémir et la terre renaître. 

     

     

     

    Et je songe qu'il fut, chantant d'autres réveils 

     

    Une plus radieuse et plus vaste harmonie 

     

    Qui montait vers le ciel en des matins pareils 

     

    Des bords de l'étang aux vertes et riantes prairies. 

     

     

     

    Aube que jamais plus une aube n'offrira ! 

     

    Matins d'amour, matins de douces paroles ! 

     

    Levant nos yeux ravis, ensemble nous étions là 

     

    Comme deux coquelicots dans les herbes folles. 

     

     

     

    Et tout était nouveau sous le ciel rajeuni 

     

    Et l'aurore du jour d'une clarté toute ronde, 

     

    Regardait éblouie du fond de l'infini 

     

    Le bel astre du jour se lever sur le monde. 

     

    NOSTALGIE

     

     

     


    22 commentaires
  •  

    Son Regard

     

     

     

     

    SON REGARD

     

     

     

    J'aimerais que son regard me touche

     

    Que ses yeux croisent les miens

     

    Qu'ils se posent sur ma bouche

     

    Qu'ils m'indiquent mon seul destin.

     

     

     

    Pour que chaque matin soit unique

     

    Et mes nuits féériques

     

    Pour que le jour, une rose éternelle

     

    Et mon cœur lié à ses iris sensuels.

     

     

     

    J'aimerais que son regard me caresse

     

    Qu'il me déshabille et me devine

     

    Qu'il me supplie et me presse

     

    Qu'il me bouscule et me câline.

     

     

     

    Alors je serais muette à jamais

     

    Mes lèvres ouvertes ou fermées

     

    Le fil de mon amour sera suspendu

     

    Dans le temps figé en regards éperdus.

     

     

     

    Lili

     

    Son Regard

     


    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires